J11 Amritapuri ( Ashram d’Amma)

Je me réveille aux aurores , comme souvent dans ce type de voyage tant l’envie de ne rater aucune précieuse minute me taraude.

Le matin la luminosité est excellente pour prendre quelques photos , images à mes yeux tout aussi inhabituelles qu’exotiques.

J’ai également rendez-vous pour une séance de yoga à 6h30.

C’est le jour où nous devons rejoindre l’Ashram d’Amma.

Amma, je la connais uniquement au travers du film Un + Une de Claude Lelouch et que les quelques articles que j’ai eu la curiosité de lire que elle avant mon départ.

En clair, je ne sais rien du tout.

Ce qui n’est pas le cas de la plupart des personnes du groupes dont certains ont déjà reçu le Darshan et en gardent une émotion que je n’arrive pas à définir.

Et aujourd’hui une semaine après et de retour chez moi, je ne trouve pas à retirer d’informations de tous nos échanges.

Nous sommes arrivés dans l’Ashram en fin d’après midi après plusieurs heures de route. Le site est immense et les murs s’enceintes sont coiffés de rouleaux de barbelés, à chaque entrée des gardes armés.

Nous sommes reçus à l’accueil où nous remplissons les formulaires d’entrée. On nous remet les clefs de nos chambres ainsi qu’une brochure sur l’organisation du site.

Aïe! Aucune photo autorisée même dès balcon.

Nos regards croisent de grandes et petites affiches d’Amma un peu dans chaque travée.

Ma chambre est située au 8 eme étage. De longs couloirs sombres les desservent, de gros cadenas sécurisent chaque porte.

C’est étrange, cela me fait penser à une prison , impression confirmée dès que j’ouvre: pièce carrée, pas de décoration, deux lits superposés en fer, matelas recouverts de matière plastique, un mur sépare la kitchenette dotée d’un évier douteux et d’un lavabo orné d’un petit miroir de 15×25. Dans la salle d’eau, il n’y a pas de pommeau de douche, je me débrouillerai avec le grand seau, avec une eau qui coule orangée.

Cette « rusticité » ne me dérange pas, d’autant que j’ai la chambre pour moi toute seule, ainsi je pose la natte ( qui remplace un matelas manquant que le sol , suivi d’un matelas : j’ai le sentiment que je serai plus à mon aise parterre.

Le soir nous allons assister à une séance de méditation dans le grand hall principal qui peut recevoir me dit-on 5000 à 6000 personnes. Nous évaluons que nous sommes environ 2500.

Ma capacité à méditer assise dos droit, les pieds en tailleur n’a pas beaucoup évoluée mais je m’installe au milieu des femmes déjà présentes et une vraie sérénité enveloppe ce lieu.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s